AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Fire meet Gasoline X Letizia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Letizia Freidrich

avatar
Messages : 10
Date d'inscription : 18/01/2017
Univers : #LOTS #Next Gen #Alternatif verse
Pseudo : VOYOU. alias Elodie, ou tout simplement Elo, parce qu'on est entre copine après tout.

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Fire meet Gasoline X Letizia   Lun 23 Jan - 8:11

Chronologie

2021, juin, 09 : Naissance.   2026, Décembre, 13 : Incident. Après un cauchemar, tu te retrouves perdue dans le chateau. Tu t'aventures à l'extérieur et frôle l'hypothermie avant que ta mère ne te retrouve.   2034, juillet, 23 : Assassinat de ton oncle, Luis Rosenwald 2034, août, 03 : Couronnement de ta cousine et de son époux : Lena et Viktor Rosenwald> 2038, Août, 03 : Anniversaire du couronnement de Lena, Soirée trop arrosée, tu te retrouves seule avec Gauthier Rosenwald. En plus d'être ton cousin éloigné, il est le petit ami de ta meilleure amie. Cela ne t'empêche pas de tomber amoureuse. 2038, Décembre, 31 : Soirée du Nouvel an. Tu t'y présentes en compagnie de Landry Lindeberg, il n'est qu'un faire valoir, un potiche que tu affiches pour attiser la jalousie de Gauthier. 2039, Janvier : Période jouée

Topics

www. I just hope that it gets to you — ft. Gauthier Rosenwald (en cours)
www.titre — ft. prénom nom (en cours/terminé)


Dernière édition par Letizia Freidrich le Lun 23 Jan - 8:43, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas

Letizia Freidrich

avatar
Messages : 10
Date d'inscription : 18/01/2017
Univers : #LOTS #Next Gen #Alternatif verse
Pseudo : VOYOU. alias Elodie, ou tout simplement Elo, parce qu'on est entre copine après tout.

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Fire meet Gasoline X Letizia   Lun 23 Jan - 8:12

Histoire
Première partie




Frozen → Un monstre t'extirpe de tes rêves d'enfant. De grosses larmes roulent le long de tes joues. Ton corps tout entier se soulève, victime de cette respiration trop saccadée, irrégulière, bouleversée par tes démons nocturnes. Tes orbes scrutent l'obscurité, à la quête d'une lumière rassurante et apaisante. Maman? Ta voix s'élève dans les ténèbres. La peur et la crainte la rende fébrile et peu audible. Assise dans ce lit bien trop grand, le cœur chambouler par des battements douloureux, tu viens serrer ton ours en peluche contre ta poitrine, essayant de calmer tes peurs en te balançant doucement sur les rythmes d'une mélodie qui résonne délicieusement. Mais le monstre rugit plus fort encore. Tu repousses les draps avec rapidité pour rejoindre le filet de lumière qui transparaît faiblement sous la porte. Le couloir est vide, mais baignée d'une lumière chaleureuse... Et pourtant, rien ne te semble pareille qu'en pleine journée. On dirait que la nuit étend son emprise sur les pièces, déformant chacune d'entre elle. Maman? Un écho pour seule réponse. Tu pinces les lèvres. Tu crèves de trouilles, tu ne sais pas où chercher, ou la trouver. Toutes les portes se ressemblent et la perspective de retrouver la noirceur te tient maintient à distance. Jusqu'à ce que les perles blanches ne tombent du ciel, étincelantes, attirantes, enivrantes. Tu te faufiles à l'extérieur, bient rop émerveillée pour ressentir la brise glacée qui t'enveloppe. Tes pieds laissent des traces sur le sol recouvert de ce tapis immaculés. Cela t'arrache un cris joyeux, alors que tu cours dans les jardins, te jouant de cette neige, la mettant au défis de ne pas réussir à te suivre. Pourtant, les traces de pas te suivent encore et toujours, s'entremêlant délicieusement. La neige est piquante, tu as la curieuse impression qu'elle dévore tes orteils. Puis le picotement se transforment en une monstrueuse morsure qui te brûle la chaire. Tu n'avais jamais connu pareille douleur. Tu sautilles d'un pied à l'autre, essayant en vain de te débarrasser de cette sensation horrible. La neige continue de tomber sur ta chemise de nuit, sur ta peau chaude, la neige fond, humidifie tes vêtements, ne faisant qu'accentuer le froid qui gagne ton corps tout entier. Tu ne sais plus par où tu es venue, la neige ta entraînée dans un piège bien obscure, elle s'est retournée contre toi, s'alliant à la nuit pour te garder prisonnière. Des cris s'extirpes des lèvres, les larmes ruissellent de tes yeux, gelant avant de venir mourir contre tes lèvres. Tu cours, tu tombes, tu t'écorches les genoux. Tout ce que tu retiendras, c'est qu'elle t'a retrouvé, ta maman, précieuse et merveilleuse maman. Les cris, la présence de cet homme. C'est tout ce dont tu te souviendras : maman t'a retrouvé.

Different → T'es qu'une môme, mais ça ne t'empêche pas de ne pas te sentir à ta place dans cette famille. C'est une étrange sensation qui te lacère les entrailles à chaque fois que ton regard envieux se pose sur la chevelure rousse de tes frères et sœurs. Toi, tu n'es pas comme eux, Toi, tu as la chevelure sombre des enfants de la rose, Toi, tu es tout le portrait de ta mère. Elle t'a toujours fait ressentir comme si tu étais particulière, il y a quelques choses dans la profondeur de son regard que tu n'as jamais compris, comme si elle dissimulait un secret particulièrement bien enfoui. T'es qu'une môme, mais tu goûtes à cette solitude sordide. Tu as pourtant une sœur rien que pour toi, une sœur jumelle, un double identique... Si ce n'est qu'elle se trouve parfaitement à sa place, elle se sent plus proche d'eux que de toi, elle ne connaît rien au malaise qui t'enveloppe continuellement. Tu n'arrives pas à comprendre. Tu ne sais même pas d'où cela te vient, tu ne sais pas pourquoi tu te sens aussi différente. Tu n'as jamais manqué de rien. Tu n'es même pas de ses enfants riches que les enfants couvrent de cadeaux pour palier à leur absence. Tes parents ont toujours été là pour toi, ils t'ont aimé et t'ont donné tout ce qu'ils pouvaient. Et c'est bien ce qui complique tout, parce que tu t'en veux de te sentir comme cela, tu as l'impression d'être l'une de ses gosses capricieuses qui ne sont pas capable de reconnaissance, de ces gosses égoïstes qui n'ont pas conscience de la chance que tu as. Tu as déjà tout le malheur du monde qui te pèse sur tes frêles épaules. Tu te sens jamais aussi bien que lorsque tu te mêles à tes cousins. Tu as beau avoir été élevé avec les ours, tu as toujours été bien plus attirée par le destin de la rose. Tu as souvent admiré l'adresse de ta mère, lorsqu'elle use la magie de sa famille, avec élégance et grâce. Ta mère. Tu te réfugies bien trop souvent dans le confort de ses bras, parce que tu as l'impression que vos deux cœurs se ressemblent, se comprennent, au delà des mots.

Blood → L'empereur est mort. Assassiné. Rien que d'y penser, tu en as la tête qui tourne. Ta mère esquive un sourire sous le voilage ébène qui masque son regard rougit par les larmes. Ses doigts viennent se glisser sous ton menton pour le redresser, mais ton regard subsiste, ils scrutent cette foule d'hypocrite. Tu ne peux t'empêcher de penser que les commanditaire de l'assassinat se trouve là, quelques part, dissimulé dans cette marée humaine. Le monde ne tourne pas rond, l'humanité est méprisable, teintée d'un gris abominablement terne, triste et détestable. Tes orbes azurées finissent par se poser sur Ansel. Tu n'oses pas imaginer ce qu'il ressent... Tu n'oses pas imaginer ce que tu ressentirais si ton père t'était violemment arraché. Ton cœur se serre douloureusement à cette pensée et ta main vient se saisir de celle de ta mère. Tu sens la pressions de ses doigts se refermer sur les tiens. Les larmes brûlent ton regard, sans que tu ne les laisses couler, tu refuses de leur donner cette satisfaction. Le visage fermé, presque impassible, avec toute la dignité dont vous pouvez faire preuve, c'est comme cela que vous surmontez le deuil. Tu es submergée par l'émotion. Tu n'avais jamais perdu personne auparavant, tu n'avais jamais ressenti une pareille douleur te perforer le cœur. Il n'était pas seulement ton oncle, pas seulement le frère de ta mère, il était le visage d'un empire qu'il avait merveilleusement dirigé tout au long de son règne. Tes pensées divaguent vers ta cousine qui serait bientôt couronnée. Tu n'aurais jamais à porter un tel fardeau, de toute façon, tu n'en aurais probablement pas été capable... A tes yeux, ce monde ne vaut pas la peine que l'on se batte pour lui... Puisque dans ce monde on assassine des empereurs jusqu'à dans leur lit...

Drug → Tu extrais une pilule de ta poche, tu la glisses entre tes lèvres pour l'avaler sans plus de cérémonie. Tes paupières se referment sur tes orbes bleutés alors que tu te laisses retombés contre le mur du couloir. Tu sens les vibrations provenant de la salle de réception au travers les cloisons. Le brouhaha émane de cette marée humaine pour laquelle tu n'as que de l'aversion.Tu ne cherches qu'à t'évader, qu'à prendre tes distances vis à vis de ce monde que tu ne supportes plus. La silhouette familière d'Ansel s'écrase à côté de la tienne. Ta tête bascule vers lui, alors qu'un sourire mièvre se glisse sur tes lèvres peintes en rouge pour l'occasion. Tes doigts sortent de la poche un deuxième cachet que tu viens glisser délicatement à l'intérieur de l'une de ses paumes. Tu gardes sa main quelques instants dans la tienne avant de la relâcher. Il prend le cachet sans beaucoup plus de cérémonie, un sourire hilare déjà plaqué sur sa bouche. Vous vous êtes déjà bien trop enivré. La drogue que vous avez l'un et l'autre avaler s'occupe du reste. Ses mains viennent enfermer ton visage dans leur étreinte alors que son corps vient épouser le tient. Vous vous laissez porter par l'instant présent, sans vous soucier des conséquences.

Friendship → Blabla

Soulmate → Tu ne t'étais jamais sentie à ta place avant de le trouver. Une famille éloignée, mais surtout, le nouveau garçon qui paradait aux bras de ta meilleure amie. Quelques minutes, quelques regards, quelques mots échangés, au fond, un rien avait suffit à vous apprivoiser. Ce matin, presque étranger, ce soir, presque amis. Et sans vous en rendre compte, vous vous étiez retrouvé isolés du reste des invités, installés dans un canapé dans une pièce inoccupée. Les rires fusaient, l'alcool s'infiltrait dans vos veines et la drogue se propageait dans vos corps endoloris. Les éclats de rire fusaient, des chuchotements s'exfiltraient de vos lèvres alors qu’instinctivement, vous vous rapprochiez l'un de l'autre. Proximité physique et intellectuelle, comme s'il existait une connexion particulière entre vous. Tu en oubliais qui il était, qui il était réellement. Pas le cousin éloigné, mais le petit ami de la personne qui t'était le plus proche au monde. Et en parlant de ce monde, il pourrait tout autant s'arrêter de tourner que tu n'en saurais rien. Il n'y a que lui et toi, toi et lui, le reste semble tout à coup dépourvu de saveur.

Treason → blabla
Revenir en haut Aller en bas
 

Fire meet Gasoline X Letizia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Stevie Ray Vaughan - The Fire Meets The Fury
» [Recherche] Comment gagner des tickets pour les meet and greet ?
» Blue Fire
» Musique Blue Fire
» Tournée européenne de Rhapsody Of Fire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
prouti prouta le rp vient à toua :: Elodie-