AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 king with no crown (ace)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Ace Bernstein
my hands are full of ash,
i burn down everything i touch

avatar
Messages : 5
Date d'inscription : 04/05/2017
Univers : ewwf.
Pseudo : émilie.

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: king with no crown (ace)   Jeu 4 Mai - 19:28

Citation :
nom et prénom(s) comme tout les membres de sa noble lignée, le jeune homme porte le nom de bernstein. un nom synonyme de prestige et de richesse. après tout, n'appartient-il pas à la famille régente de la nation du feu ? la nation même qui sortie grande gagnante de la guerre. il est un un prince et ne manque pas de le démontrer à l'entièreté de la population. s'il n'apprécie pas forcément tout les membres de sa famille, il aime cependant beaucoup plus le statut que le nom de bernstein lui procure. quant à son prénom, il le tient d'un lointain ancêtre bernstein, qui était autrefois un régent. nommé ace, il se voit bien occuper la même place que son aïeul, dans quelques années. âge, date et lieu de naissance ≈ le jeune ace est né il y a de cela vingt-quatre ans, par une chaude nuit d'été. la plus chaude de la saison, paraît-il. ce qui était, semblait-il, le signe qu'il serait un puissant maître du feu. et, si ace ne s'est jamais révélé mauvais, il n'est cependant pas un maître exceptionnel. quant à son lieu de naissance, ce fût tout bêtement la demeure bernstein, au sein de la capitale de Morbalat. dans une chambre stérile spécialement conçue pour les accouchements. en effet, les bernstein sont quelque peu paranoïaques et préfèrent que les femmes accouchent au sein de leur foyer, là où tout le monde ne veut que du bien à la famille régente.nation ≈ la nation du feu, bien entendu. comment pourrait-il en être autrement, après tout ? c'est un bernstein. allégeance ≈ au gouvernement, que la nation du feu monopolise presque entièrement. en vérité, ace n'accorde que très peu d'intérêts aux autres nations. ce qui compte, pour lui, c'est le pouvoir des bernstein, les grands gagnants de cette guerre. il fera tout ce qui est en son pouvoir pour que les choses ne changent pas, au sein du gouvernement, là où sa famille est reine.  daemon ≈ la plupart des membres de la famille régente du feu, possèdent des daemons félins. et ace n'a pas fait exception à la règle. son daemon a eu beaucoup de mal à se stabiliser, notamment car le jeune homme ne savait alors pas vraiment qui il était. mais, finalement, la hyène d'un jour est devenu l'ami de toujours. femelle mesquine et prompte à montrer les dents, elle révèle ainsi ce qui se cache à l'intérieur d'ace, alors même qu'un sourire poli de façade est plaqué sur son visage.métier/fonction ≈ désireux d'être plus qu'un héritier exubérant, ace a pris place au sein de la haute cour qui, comme tout le monde le sait, est le centre névralgique de la justice de kandrakar. il est ainsi devenu juge et n'hésite pas à apporter sa voix aux sentences les plus cruelles. statut civil ≈ officiellement, ace est célibataire, un des plus beau parti de la capitale. mais c'est un aussi un coureur de jupons invétéré, un amant d'une nuit. encore instable et ne désirant pas grandir ou s'engager, il multiplie les femmes et les coeurs brisés. lui même n'est jamais tombé amoureux et il ne croit guère à ces racontars populaires. cependant et, depuis quelques jours déjà, une certaine brune ne cesse d'apparaître dans son esprit. orientation sexuelle ≈ c'est un amoureux du beau sexe, totalement hétérosexuel. signe distinctif ≈ une petite cicatrice court de la naissance de sa nuque jusqu'à sa clavicule droite, vestige d'une acrobatie loupée lorsqu'il était jeune. qualités ≈ ambitieux, audacieux, charismatique, conformiste, courtois, cultivé, digne, directe, distingué, enthousiaste, extraverti, ferme, fier, fougueux, franc, intelligent, malicieux, passionnel, persévérant, sociable.défauts ≈ arrogant, autoritaire, avare, blasé, capricieux, coléreux, cupide, curieux, cynique, dur, égoïste, envieux, excessif, fainéant, faux, flatteur, fourbe, froid, hautain, hypocrite, impatient, impulsif, indépendant, insolent, intrépide, ironique, jaloux, joueur, mauvais, narcissique, négatif, opportuniste, pervers, possessif, rancunier, rigide, sadique, susceptible, têtu, tricheur, vantard.

Citation :
bien qu'ace soutienne, de toutes ses forces, sa famille, il ne s'entend guère avec les autres bernstein. et ils le lui rendent bien.
ace est persuadé qu'il est amené à faire de grandes choses. qu'il est promis à un avenir des plus florissant. ainsi, il s'est mis en tête, aidé de son oncle marcus, de prendre le pouvoir au sein de sa famille.
petit, ace rêvait de pouvoir intégrer la ligue. cependant, il s'est rapidement rendu compte qu'il n'aimait pas franchement se salir les mains. ainsi, il se contente de commander des exécutions, sans avoir à tâcher ses vêtements hors de prix.
ne ressemblant pas vraiment à une armoire à glace, ace s'est donc entraîné à aiguiser son esprit (et sa langue) afin d'en faire ses propres armes.
enfant paresseux, trop gâté et capricieux, ace n'a jamais été un cadeau pour personne. il dépense outrageusement l'argent de sa famille et son caractère exubérant le porte souvent sous les feux des projecteurs.
le plus grand exploit du jeune bernstein, du haut de ses vingt quatre ans, réside dans la capture de natalia livanov, l'un des dernier enfant vivant de la nation régente de l'air. la jeune femme est emprisonnée au sein de la demeure bernstein, à senlin, confiée à la garde étroite d'ace.
peu enclin à la pitié, ou tout autre sentiment humain, ace est un homme cruel et sadique, qui aime voir les autres souffrir. solstice - son daemon - est une hyène avide de sang, qui n'hésite jamais à se jeter dans la mêlée, tandis que son maître observe, quelque peu en retrait.
de l'extérieur, ace a tout du genre parfait. il est poli, souriant, intelligent. il semble attentif et arrive à faire rire les vieilles dames. il se comporte en gentleman avec les femmes. mais tout cela n'est qu'une façade. la vérité est bien plus sombre et le véritable caractère d'ace est souvent le reflet du comportement de son daemon.
le bernstein n'est jamais tombé amoureux. il ne croit pas au coup de foudre, ni aux âmes soeurs. pour lui, ce ne sont que des histoires que l'on raconte aux petites filles, afin qu'elles acceptent plus facilement la place qui est la leur dans la société.
Revenir en haut Aller en bas

Ace Bernstein
my hands are full of ash,
i burn down everything i touch

avatar
Messages : 5
Date d'inscription : 04/05/2017
Univers : ewwf.
Pseudo : émilie.

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: king with no crown (ace)   Jeu 4 Mai - 19:29


~~~
things we lost to the flame,
things we'll never see again

© tumblrbastille.


Du haut de tes douze ans, tu te pavanais déjà tel un roi, dans les couloirs de la demeure Bernstein, en Morbalat. Tu avais toujours été un enfant fier, qui ne supportait pas qu'on le contrarie. Tu faisais le malheur des domestiques et de pratiquement toutes les personnes de ton entourage, en réalité. Tu n'aimais rien tant que commander et obtenir tout ce que tu désirais. Ils te traitaient de capricieux petit garnement, d'enfant pourri de l'intérieur. Et alors que cela aurait du te blesser, il n'en avait jamais été ainsi. Car tu savais que tu finirais par prendre ta revanche, lorsque tu serais plus vieux. Tu écraserais toute cette vermine, forçant les autres à courber l'échine devant ta propre personne. Et tu jubilais à cette seule idée. Tu étais un Bernstein, tu étais né pour être imbuvable aux yeux du petit peuple. Tu possédais tout ce qu'ils n'auraient jamais. L'argent à foison, une beauté princière, une maîtrise quasi-impeccable de ton don. Et surtout, un cerveau fait pour les rouages de la politique. Petite chose maigre, tu pouvais passer inaperçu si tu le désirais et espionner ainsi ces adultes que tu adulais tant. Tu décelais rapidement les liens entre les personnalités, comprenant qui était le chef de meute. Tu en serais un, toi aussi, plus tard. Tu en étais persuadé. Tu étais fais pour régner, pour diriger. Pour avoir une jolie couronne posée sur le sommet de ton crâne. Tu ne savais pas encore comment – tu n'avais que douze ans après tout, mais tu savais que tu finirais par t'emparer du pouvoir. Tu étais fais pour cela, tu pouvais le sentir dans toutes les fibres de ton corps. Tu avais été élevé dans l'idée que tu étais mieux que les autres. Tu en étais devenu arrogant, hautain, snobinard. De plus, ton esprit de compétition acéré ne t'aidait pas vraiment à t'entendre avec tes pairs. Tu voulais toujours être le meilleur et, si tu ne l'étais pas, les choses avaient tendance à devenir légèrement incontrôlables. D'ailleurs, tu n'avais plus le droit d'approcher les enfants du bras-droit de ton oncle Rohan. Quelques mois auparavant, ils t'avaient berné en trichant. Sans que tu ais le temps de t'en rendre compte, Solstice s'était jetée sur eux, arrachant un joli morceau de cuisse à l'aîné et terrorisant la fillette. On t'avait trouvé là, riant comme un dément, caressant la tête de ta hyène dont la salive – mêlé au sang de l'enfant, dégoulinait sur ton beau pantalon blanc. Ils disent de toi que tu n'as pas d'âme, qu'il n'y aura pas de rédemption pour ta personne. Tu n'as que douze ans, mais tu sais déjà ce que ton avenir te réserve. La nation du feu va devenir de plus en plus puissante et tu seras celui qui la mènera au zénith de sa gloire. Peu importe ce que tu devras faire pour y arriver, peu importe qui tu devras écraser pour continuer à avancer. Car au fond, la seule chose dont tu te soucies, c'est ta propre personne.

C'est du feu liquide qui coule en réalité dans tes veines. Tu appartiens, corps et âme, à la nation du feu. C'est du désir brûlant qui anime ton cœur et motive tout tes rêves. Tu ne fais jamais rien à moitié, tu es un être entier. Tu aimes ou tu détestes. C'est blanc ou noir, le gris n'existe pas. C'est pour cela que tu as tellement d'ennemis et pas de véritables amis. Tu as grandi et, comme prévu, les gens s'inclinent sur ton passage. Ils te craignent, courbent l'échine pour ne pas te déplaire. Ils te détestent, tu le sais. Tu peux le lire dans les yeux des plus courageux. Tu prends ce que tu désires sans jamais te soucier des autres. Tu envoies Solstice croquer les plus hardis. Tu réduis aux silences tes ennemis grâce au feu. Tu frappes ceux qui te déplaisent, y compris les femmes et les enfants. Tu ne te soucies guère des sentiments du beau sexe, te contentant d'assouvir tes besoins les plus primaires entre leurs cuisses, avant de les renvoyer à l'oubli sans plus de ménagement. Tu es impoli, insolent, avec les gens que tu estimes être inférieurs à toi. Tu ne respectes rien, ni personne. Ton âme – si t'en est que tu en ais une, est profondément plongée dans les ténèbres. Tout comme ton cœur, qui est désormais en sécurité, protégé par des murailles impénétrables. Tu avais rapidement compris que les sentiments étaient des signes de faiblesse et qu'il valait mieux avancer seul. Tu étais secret, ne révélant jamais le véritable fond de ta pensée. Pour autant, tu ne menais pas une existence solitaire. Tu étais toujours entouré de ta petite cour personnelle, dont les membres s'empressaient de baiser tes pieds afin de jouir de privilèges. Les filles se mourraient d'amour pour ta personne tandis que les hommes rêvaient de grimper jusqu'au rang de bras-droit du plus exubérant et sadique enfant Bernstein. Mais le monde entier te semblait désespérément fade et tu t'ennuyais bien rapidement de ces compagnons. Cependant, peu importait. Tu avais un choix, des années auparavant. Tu avais choisi la puissance au détriment d'une vie insouciante. Et tu n'allais certainement faire demi-tour maintenant.



~~~
you shoot me down,
but i won't fall, i am titanium

© tumblrsia.


Une seule année vous séparait, Jaime et toi. Et, pourtant, un fossé infranchissable s'était creusé entre vous. Si, dans votre enfance, vous étiez relativement complices, l'entrée dans l'adolescence vous avait éloigné bien plus que tu ne l'aurais cru possible. Vos différences étaient devenues si grandes que vous n'arriviez plus à vous adresser la parole, sans que cela tourne à la guérilla. Jaime était l'aîné et, à ce titre, il recevait toute l'attention de vos parents. Toi, tu n'étais rien qu'un cadet. Tu étais censé seconder Jaime toute ta vie, devenir un simple laquais. Après tout, c'était ainsi que cela fonctionnait, chez les Bernstein. L'aîné récoltait tout les succès, toute l'attention. Il était porté au rang de dieu vivant et héritait de tout ce qu'il y avait de plus appréciable dans la vie, selon toi. Quant aux cadets, ils devaient se contenter de lécher les pieds de ce même aîné et de répondre à tout ses caprices. Or, puisque tu étais toi-même un capricieux, tu n'allais certainement pas servir d'autres intérêts que les tiens. Tu refusais le rôle qui devait être le tien et, pour cela, tes parents avaient décidé de ne plus t'adresser la parole. Tu les déshonorais, se plaisaient-ils à répéter. Si les rôles avaient été inversés, Jaime aurait été ravi de te servir. Et cela faisait encore croître la fureur en toi. Jaime était parfait. Jaime était beau, mais il était également bon et tout les domestiques l'appréciaient. Les filles voyaient en lui le parti idéal, tandis que tu n'étais que le mauvais garçon sur lequel elles ne faisaient que fantasmer. Les gens l'adulaient, tout le monde voulait intégrer son cercle proche. Et le pire, c'était que cet idiot le leur rendait bien. Jaime n'était que politesse et bienveillance, toujours prêt à aider son prochain. Alors, forcément, en refusant de le servir, tu passais pour le mauvais frère. Le rejeton indigne, au sein duquel une mauvaise graine s'était développée. Tu étais cruel, sadique et sauvage. Tu aimais te moquer des autres et tu n'avais ni foi, ni loi. Tu étais détestable à souhaits, tandis que Jaime était un véritable ange tout droit descendu du ciel. Les deux faces d'une même pièce. Vous auriez pu vous compléter et devenir invincibles, mais la vie en avait fait autrement. Non, désormais vous étiez ennemis. Le bien contre le mal. Le blanc contre le noir. La fureur contre le calme.

Personne ne croyait en toi, personne ne te regardait. Les autres membres de ta famille ne t'adressaient guère plus qu'un simple bonjour, lorsqu'ils te croisaient. Tu étais une sorte de mouton noir. Un enfant rebelle, qui refusait d'agir comme il le devrait. Une tête brûlée qui n'avait pas été adoubée par sa Sainteté Rohan. Tu étais trop entier, tu avais trop d'ambitions. Tu créais des vagues sur le surface si lisse de la famille Bernstein. Mais tu t'en fichais pas mal, en réalité. Car ils ne pouvaient rien contre toi. Tu étais au courant de bien des informations frauduleuses sur ta famille, qui auraient grandement intéressé les autres nations. Et puis, tu étais un Bernstein. Non, ils allaient probablement tenter de te vendre un poste à l'autre bout de Kandrakar. Car, au fond, ils te craignaient. Chaque jour, tu gagnais un peu plus en influence. Ils savaient ton esprit redoutable et avaient bien raison de se méfier. Tu savais enflammer les foules, charmer les plus récalcitrants. Tu étais né pour manipuler tes pairs, pour les pousser à agir selon ton bon vouloir. Car, malgré ce que Rohan et son insupportable de gamin semblaient croire, de nombreux membres de la nation du feu étaient lassés de cette façon de gouverner. Arrondir les angles pour s'assurer de garder le statu quo. Tu ne serais pas un régent de cette trempe. Tu régnerais en monarque sur Morbalat, mais également sur Kandrakar. La nation du feu était la plus puissante, prête à écraser quiconque se dresserait sur son chemin. Tu allais la mener jusqu'au sommet de sa gloire, asseyant ainsi sa domination sur l'eau et la terre. Tu étais un radical, un extrémiste. Et la jeune génération de maîtres du feu partageait tes opinions. Vous étiez dirigé par une vieille créature depuis bien trop longtemps. Il était tant que les choses changent. Tu étais sur le chemin de la gloire et tu ne laisserais personne t'en détourner. Tu t'étais barricadé derrière des palissades imprenables. Personne n'avait d'emprise sur toi. Invincible, voilà ce que tu étais.
Revenir en haut Aller en bas

Ace Bernstein
my hands are full of ash,
i burn down everything i touch

avatar
Messages : 5
Date d'inscription : 04/05/2017
Univers : ewwf.
Pseudo : émilie.

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: king with no crown (ace)   Jeu 4 Mai - 19:29


~~~
there are no heroes,
in life the monsters win

© tumblrmartin.


« Il va bientôt être temps, mon oncle. Rohan n'est plus dans la course, remercions Murtagh. Et cet idiot n'est rien de plus qu'une buse ayant pris forme humaine. » Tu ne cessais de faire les cents pas, dans le bureau de Marcus, ce qui avait le don de le rendre dingue, tu le savais. Cependant, tu ne pouvais plus tenir en place. Cela faisait vingt-quatre années que tu attendais ton heure. Ce qui était déjà énorme, pour un impatient de ta trempe. « Patience, Ace. Nous n'aurons pas de deuxième chance, le moment doit être parfaitement choisi. » Tu grognas, pour toute réponse en te laissant tomber dans un fauteuil. Bien entendu, tu savais tout cela. Ton oncle te le serinait tout les jours. Il était ton allié le plus formidable, ton pilier dans la vie. Dès ton plus jeune âge, tu avais placé toute ton admiration en lui, le regardant avec de grands yeux émerveillés lorsque tu le voyais s'entraîner. Tu avais tout fait pour pouvoir lui ressembler. Il était ton modèle, même si jamais tu ne le lui avouerais. Les séquences émotions de ce genre, très peu pour toi. Vous aviez rapidement accroché, comprenant que vous étiez en réalité très semblables. Tes parents étaient fades et sans ambitions, pas Marcus. Ses enfants, à lui, étaient incapables de mettre des plans tortueux sur pied. Et puis, vous aviez en commun cette envie dévorante de posséder du pouvoir, toujours plus de pouvoir. C'est ainsi que, naturellement, vous aviez commencé à discuter de tout ce qui n'allait pas, dans la façon qu'avait Rohan de diriger Morbalat. Vous aviez imaginer ce que vous auriez fait à sa place. Ce que vous auriez fait si vous étiez à la tête de Kandrakar dans son entièreté. A partir de là, votre plan de conquête avait commencé à se mettre en place. En toute discrétion car, si vous étiez pris, ce serait la fin pour vous. Les Bernstein ne pardonnaient pas la trahison. « Une fois Murtagh mis hors jeu, les autres se rallieront rapidement à nous, j'en suis certain. Sauf peut-être mon frère, cette grande âme. Sa perte ne sera pas franchement tragique. » En plus de toutes ses qualités indéniables, Marcus avait également une aversion pour ton aîné. C'était bien le seul et tu ne l'en appréciais que d'avantage. « Rien que d'y penser me rempli d'allégresse. Si nous parvenons à nos fins, tu recevras ta part du gâteau. Je pourrais affubler ton fils d'un titre grandiloquent, pour apaiser Vesta. Et faire de bons mariages pour vos filles ou bien les nommer reines de beauté, tout ce qui te plaira. » Tu t'imaginais parfaitement sur le trône de Kandrakar, dirigeant ton pays d'une main de fer. Tu posséderais alors le pouvoir ultime, celui que tu avais toujours convoité. Quelle jouissance ce serait. Quelle jouissance ça allait être. « Ce sera assurément une nouvelle aire pour la nation du feu. Mais pas d'empressement. Nous devons avancer nos pions de façon intelligente. »



~~~
these violent delights have violent ends
and in their triumph die like fire and powder
which, as they kiss, consume

© tumblrshakespeare.


« Je vous apporte un présent, mon oncle. » Tu balanças la jeune fille sans ménagement devant toi, ses genoux heurtèrent alors le sol avec un bruit mat. Elle grimaça à peine, redressant fièrement la tête. Ses longues boucles brunes étaient emmêlées et sa crinière n'avait plus rien de disciplinée. Ses vêtements, comme son visage, étaient maculés de boue. Après tout, la belle avait été forcée de traverser la moitié de Kandrakar dans des conditions plutôt désagréables. Et pourtant, elle avait toujours cette flamme sauvage dans les yeux. Elle allait être difficile à dompter. Cependant, cela ne rendrait le jeu que plus intéressant. « Une jeune fille que tu as trouvé au fin fond d'Antrakar ? » Tu grognas en levant les yeux au ciel. Rohan était-il donc si aveugle ? Il était vraiment temps qu'il passe l'arme à gauche. « Laissez-moi vous présenter Natalia Livanov. Je suppose que je n'ai pas besoin de vous rappeler ce qu'elle représente ? » Tu vis un bref sourire amusé étirer les lèvres de ton oncle Marcus, tandis que l'assistance retenait son souffle. Tous étaient impressionnés par l'exploit que tu venais (semblait-il) d'accomplir et attendaient de voir comment Rohan, et son stupide rejeton, allaient réagir à cette énième provocation. « Et bien, c'est … » Un jeune homme bien élevé aurait tenu sa langue. Mais tu n'avais jamais prétendu l'être. De plus, tu tenais là une jolie occasion de montrer que tu étais supérieur à ces deux-là. Mauvais maîtres du feu, mauvais régents. Tu représentais la force et la jeunesse, un avenir plus brillant. « Assez exceptionnel ? Il me semble que je suis le premier à avoir attrapé un membre de la famille Livanov depuis … toujours ? Mes chers amis, fis-tu en t'adressant à l'assemblée rassemblant des membres des trois nations, je m'appelle Ace Bernstein, pour ceux qui l'ignoreraient. Et voilà ma contribution à l'alliance de nos trois forces conjuguées. Certains se contentent de parler, d'autres agissent. Je suis de ces derniers. » Tu tiras sur la chaîne reliant les poignets de Natalia Livanov, afin qu'elle se relève. « Tu sais que t'es plutôt mignonne ? Je vais peut-être te garder comme animal de compagnie. » Elle t'adressa un regard noir qui te fit t'esclaffer. Bien entendu, elle rechigna à te suivre docilement jusque dans sa chambre-cellule. Elle était une prisonnière de choix et tu n'étais pas peu fier d'avoir réussi à mettre la fin sur elle. Tu tenais une pièce maîtresse entre tes doigts et tu n'allais certainement pas la laisser filer. De plus, tu sentais que tu allais t'amuser comme un enfant, avec Natalia. Elle semblait ne pas être décidée à plier. Et tu allais te faire un plaisir de voir jusqu'où elle irait avant de finir par se soumettre.

Pénétrant à pas de loups dans la chambre de Natalia, tu sentis un grand sourire naître sur tes lèvres. Depuis qu'elle résidait en tant que prisonnière dans la demeure Bernstein, tu passais ton temps à lui casser les pieds. Et tu adorais cela, d'autant plus que tu étais prodigieusement doué à ce petit jeu. Ta seule présence l'agaçait. Tes manières de petit prince, ton attitude arrogante et machiste. Tu représentais tout ce qu'elle détestait. Quant à elle, elle n'était rien de plus qu'une petite carne, avec un caractère épouvantable. Entendant l'eau couler, tu te dirigeas vers la salle de bain. Elle était sous la douche et tu ne te privas pas de laisser tes yeux glisser sur sa silhouette parfaite. Car, tu ne pouvais le nier, Natalia était une véritable beauté, aussi envoûtante que dangereuse. Et si l'homme en toi se fichait pas mal qu'elle soit l'ennemie, ton côté stratège te disait que ce serait l'erreur du siècle. Cependant, cela ne t'empêchait pas de t'amuser un peu avec elle. « Si tu me laisses deux minutes, je peux te rejoindre, lanças-tu gaiement. » Sa réaction ne se fit pas attendre. Elle hurla, te traitant de noms peu flatteurs, avant d'enrouler une serviette autour de son corps. « T'es vraiment qu'un sale pervers ! Tu es donc si frustré, pour que tu en sois réduit à venir espionner les filles ? » Tu t'avanças vers elle, tel un prédateur fonçant sur sa proie. Tu plantas tes yeux dans ses prunelles et elle releva imperceptiblement le menton, comme dans une attitude de défi. Natalia ne reculait jamais, elle ne craignait rien, ni personne. Même pas toi. Ce qui avait le don de t'agacer, il fallait le dire. Tu te glissas derrière elle, effleurant ses épaules nues du bout des doigts. Sa peau était douce et tu imaginais sans mal ce que cela devait faire, de sentir son corps nu pressé contre le tien. Tu déposas un baiser dans son cou et tu la sentis tressaillir. De dégoût ou de plaisir ? Tu n'aurais su le dire. « Si tu étais une gentille fille, tu me proposerais de retourner sous cette douche afin de faire taire ma frustration. » Elle fit semblant de vomir et tu plissas les yeux, sentant la colère bouillir en toi. Tu n'avais jamais été rejeté par les femmes, qui auraient été prêtes à tout, la plupart du temps, pour partager ton lit. Puisqu'elle réagissait ainsi, trêve de tendresse. Ta main se serra violemment autour de son cou tandis que, dans l'autre, tu faisais apparaître une boule de feu. Solstice sauta à la gorge de Circé, la loutre de Natalia, grognant de tout son soul. « Tu aurais tout intérêt à te montrer un peu plus gentille avec moi, Livanov. » Un sourire mauvais étira tes lèvres. « Où sont tes frères ? Dis-le moi et je me montrerais clément. Si je les trouve moi-même, ils périront affreusement. Sous tes yeux, qui plus est, bien sur. » Elle te renvoya ton regard noir, avant de répondre : « Va brûler en enfer, Bernstein. »
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: king with no crown (ace)   

Revenir en haut Aller en bas
 

king with no crown (ace)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Hiw own songs
» Swamp stomper Johnson/ Recording King
» Recording King
» recording king vs harley benton !!!
» PEE WEE KING and His Golden West Cowboys

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
prouti prouta le rp vient à toua :: émilie-