AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 (mai 2016) tpota // we ain't never getting older (julius)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Jules Rosier

avatar
Messages : 32
Date d'inscription : 05/11/2016
Univers : tpota

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: (mai 2016) tpota // we ain't never getting older (julius)   Jeu 4 Mai - 21:45

Et c’est vers lui qu’on est venu, directement. Quelque chose à explosé. Les gens se sont jetés à terre, d’autres ont fuit, et un cri a retenti. Un cri de femme. Sa mère. Jules délaisse Eleonor le temps de rejoindre sa mère, mais on l’interpelle, on le bouscule, et quand il arrive, c’est trop tard. Clément Rosier n’est plus. La moitié de son torse est mutilée, arraché par la bombe qui a explosé pour lui. Peut être même sur lui, d’après les dégats. Le sang colore la robe pâle de sa mère, et elle s’accroche à son bras, encore tremblante. Le couple Rosier n’était pas amoureux, tout le monde le savait, mais ils étaient proches. Presque autant que Jules l’était d’Eleonor. Le français attire sa mère contre lui et regarde autour de lui. Il pose un baiser sur son front et la confie à Margot qui s’approche enfin. C’est vrai lui qu’on vient, directement. Jules passe quelques minutes à donner ses ordres, comme par automatisme.

Tout le monde se met à bouger, on emmène le corps de son père ailleurs, et les invités commencent à être évacués. Tremblant, Jules passe une main dans ses cheveux. Il ne rejoint même pas sa nouvelle épouse, et se faufile un chemin entre les domestiques, les bousculant avec rage, parfois, pour se réfugier dans l’antre de sa maison.
Son antre, désormais.
Revenir en haut Aller en bas

Marius Rosier
never let your emotions overpower your intelligence

avatar
Messages : 43
Date d'inscription : 03/11/2016
Univers : TPOTA
Pseudo : Summer Child, Co

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: (mai 2016) tpota // we ain't never getting older (julius)   Jeu 4 Mai - 23:25

Une explosion. Des hurlements de terreur. Une foule qui se met à se mouvoir comme d'un seul homme pour s'échapper. Marius ne bouge pas, calme dans la tempête qui se joue autour de lui. Il regarde, rapidement, cherche les siens des yeux pour s'assurer de leur sécurité mais doit se lever pour y parvenir. Sans que les sentiments ne montent jusqu'à son visage, ils sont pourtant bien là, au creux de son être. Inquiétude. Angoisse. Bientôt cette peur viscérale qui lui tord les boyaux. La masse est compacte, le Rosier doit bientôt se mouvoir à contre-courant pour rejoindre l'épicentre de l'agitation, là où sa famille est déjà là, presque au grand complet.
Le médecin qu'il est est habitué à ce genre de vision, mais voir son père être la victime est totalement différent. Marius se glace, subitement. Il n'a jamais été proche de Clément, étant le cadet, il n'empêche qu'être témoin de ce spectacle morbide lui soulève le coeur. La peur enfantine de voir ses parents mourir se réalise et il sent que ses yeux s'élargissent d'horreur. C'est trop. Trop d'informations, trop d'émotions à gérer. Il serre la mâchoire, détache son regard bleu vif de son défunt père, et regarde les siens, dans cet automatisme effroyable qu'il a développé à se détacher de ses propres émotions pour leur faire barrage. Ne laisser que son cerveau en action. C'est la tête qui est la plus efficace, c'est penser avec le froid de la logique qui permet de trouver des solutions. Il laisse tout de même une main compatissante et chaleureuse s'égarer sur l'épaule de sa mère, la serrer, et échange un regard lourd de sens avec son aînée. Ils sont blessés, tous, comme si une part de chacun d'eux était partie avec leur patriarche.
C'est son grand frère qui attire son regard, à Marius, comme toujours. Si lui reste le fils froid et en retrait, qui observe plus qu'il n'agit, Jules est déjà en train de distribuer ses ordres avec un naturel déconcertant. Beaucoup trop naturel. Jules a été formé depuis son plus jeune âge à ce rôle qu'il endosse trop vite. Le corps de leur père est encore chaud que son aîné est là, enfilant le costume de Clément. Quelque chose cloche. Marius le voit, parce que rien n'échappe ou presque à son regard. Les mains de Jules tremblent et c'est à grands pas qu'il quitte la pièce. Son cadet le suit, aussitôt, en rassurant leur génitrice d'un laconique « Je m'en occupe. »
Il fait claquer les talons de ses chaussures de luxe, fait savoir à son frère qu'il le suit pour ne pas le prendre au dépourvu. Il sait qu'il risque un refus, alors c'est avec toute la diplomatie dont il est capable qu'il l'appelle, doucement, par son prénom. Quand enfin Jules s'arrête, il l'imite à quelques mètres. Il étudie ses traits, rapidement, regarde ses mains trembler, puis s'approche un peu plus. Juste ce qu'il faut. Assez prêt pour lui faire comprendre qu'il était là, assez loin pour ne pas entrer dans son cercle immédiat et ne pas l’agresser. « Grand frère. » Marius essaie de le faire réagir : il ne l'appelle plus comme ça depuis des années.
Revenir en haut Aller en bas

Jules Rosier

avatar
Messages : 32
Date d'inscription : 05/11/2016
Univers : tpota

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: (mai 2016) tpota // we ain't never getting older (julius)   Jeu 4 Mai - 23:38

Des pas se font entendre derrière lui, sur le marbre luxueux du hall de leur demeure. Jules ne se retourne pas, mais n’ignore pas qu’il doit s’agir d’un membre de sa famille. Un cousin, ou un oncle, il n’en sait rien. Il ne pense pas que ça peut être Marius, car pourquoi son frère voudrait-il le rejoindre dans un moment pareil ? Alors que Jules le victimise depuis des années comme si il n’était rien et qu’il n’éprouvait rien envers ce frère qui détient le secret le plus important de sa vie.
Et pourtant, Marius appelle son prénom, doucement. Comme une brise douce qui vient le rassurer. Jules fronce les sourcils, s’arrête, et se tourne vers Marius qui s’arrête non loin de lui. Il le dévisage, tente de faire reprendre contenance à ses traits mais il se sait perdu d’avance. Il vient de voir son père mourir, et personne ne lui a laissé de temps pour digérer. Immédiatement, il a dû supporter le poids de cette responsabilité. C’était trop pour lui. Le français s’extirpe des lèvres de son frère, marquant leur lien du sang avec une émotion qui saisit les tripes de l’ainé. Il cligne des paupières et son expression change. Il est touché, au delà de l’imaginable, mais ne sait pas comment réagir. Alors il reste là, le prince. Il a laissé Marius s’approcher, mais il ne sait pas ce qu’il a le droit de faire ou pas. Il a tellement cherché à se faire détester, à lui faire peur, à lui faire comprendre qu’il était l’ainé, qu’il était plus puissant que lui et en cet instant, pourtant… En cet instant il aimerait simplement être son frère, et il ne sait pas si il peut. Jules secoue la tête doucement, le regard déjà adoucit, voilà d’une tristesse qu’il s’autorise à avoir. C’est Marius, il sait déjà tout de lui, dans les moindres détails, lui qui fut témoin de son amour interdit pour leur soeur. « Laisse moi 5 minutes. » Il pense que Marius est venu lui demande quelque chose, et il a juste besoin de souffler. Cinq minutes pour faire son deuil, c’est tout ce qu’il demande.

_________________
Don't you remember how I used to like Being on the line? I dreamed you dreamed of me calling out my name, Is it worth the price? Cut cover, take that test, Hold courage to your chest. Don't wanna wait for you, Don't wanna have to lose All that I've compromised to feel another high. I've got to keep it down tonight. I had to break myself to carry on. No love and no admission... Take this from me tonight. And oh, I was a king under your control.
Revenir en haut Aller en bas

Marius Rosier
never let your emotions overpower your intelligence

avatar
Messages : 43
Date d'inscription : 03/11/2016
Univers : TPOTA
Pseudo : Summer Child, Co

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: (mai 2016) tpota // we ain't never getting older (julius)   Ven 5 Mai - 0:03

Quelque chose s'est fissuré, chez Jules, lorsque Marius l'a appelé de cette façon presque taboue. Quelque chose que Marius pensait qu'il n'était plus capable de ressentir, du moins pas à son égard. Une sorte d'amour dans ses prunelles, qui rend sa voix plus douce qu'à l'accoutumée lorsqu'il lui répond. Marius sent son grand frère fragile, et c'est quelque chose de presque dérangeant. Lui qui est la flamme vive de leur fratrie ne l'a pas habitué à ce qu'il montre ses faiblesses. Jules, au contraire, lui a toujours fait comprendre que se montrer faible est la pire chose qu'il soit, le lui a asséné depuis des années. S'il est aussi coincé à l'intérieur de lui-même, c'est Jules le responsable. Mais c'est aussi Jules qui l'a rendu capable d'exercer le métier qu'il fait. Et c'est l'expérience de ce métier, doublée à la connaissance fine qu'il a de son aîné, qui lui permet de venir en aide à Jules. Quelle ironie, raisonne un coin de son cerveau, toujours en action.
Son attitude ne laisse pas transparaître l'activité de son esprit toujours en ébullition. S'il est ici, près de Jules à ce moment où il en a le plus besoin, c'est qu'il pense à sa famille. Cette famille que Jules doit prendre d'un seul coup sur ses épaules. Et même s'il y a été préparé, le faire de cette manière est un choc qui peut fragiliser les Rosiers. Alors, Marius s'approche encore, invité par l'attitude de détresse qu'il voit chez Jules. Il pose sa main sur son épaule, avec douceur, de l'autre ouvre la porte d'une pièce dans laquelle il invite son frère à entrer. La pudeur de leur éducation le pousse à les isoler des passants qui circulent déjà dans le couloir. D'un coup de baguette, la porte va se refermer. La pièce est une simple bibliothèque comme il en ont beaucoup, celle-ci étant plus dédiée à l'apparat au vu des ouvrages luxueux des étagères et des fauteuils confortables éparpillés. « Prend tout ton temps. » dit-il d'une voix neutre, qui peut paraître douce. Pour appuyer ses dires, Marius s'assied dans l'un des grand fauteuils, et l'invite à faire de même en lui désignant du menton celui qui est à côté. Il sait que Jules a besoin de temps, de calme, et de quelqu'un pour le soutenir. Il lui offre les trois.
Revenir en haut Aller en bas

Jules Rosier

avatar
Messages : 32
Date d'inscription : 05/11/2016
Univers : tpota

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: (mai 2016) tpota // we ain't never getting older (julius)   Ven 5 Mai - 10:37

Personne n’avait été proche de Clément comme lui l’avait été. Et pour cause, il était le fils ainé, l’être prodige qui avait assuré à Clément qu’il aurait une descendance. En rejoignant la maison des verts et argent, ce fils avait prouvé qu’il était né avec de l’ambition et de la détermination, et Clément n’en avait été que plus ravi. Sans relâche, il avait forgé son fils à son image. Un être rempli d’arrogance, pour qui chaque faiblesse devait être éradiquée comme une sale maladie. Charismatique et émanent de pouvoir, il était en plus désormais marié à une princesse anglaise et s’apprêtait à marcher sur la république française pour lui arracher la couronne qui lui appartenait de droit.
Et tout s’était éffondré.

Car, sans Clément, comment pouvait-il y arriver ? Sans son père pour le guider, Jules sentait l’être que le patriarche Rosier avait forgé s’effriter, alors que le vrai lui gueulait à l’intérieur de sa carapace pour s’en échapper. Marius le touchait lui, celui à l’intérieur, en l’appellant comme ça, et en le regardant comme ça. Le cadet posa une main sur son bras pour l’emmener dans une bibliothèque, où les domestiques qui passaient ne pouvaient les voir. Digne, toujours, il suivit celui qu’il avait tant et tant maltraiter, comme l’on suit Charon sur le Styx en direction des Enfers. La porte se ferma sur leur Elysée à eux, ou plutôt celui de Marius, car si les Enfers existait, Jules savait qu’il y trouverait son propre châtiment. Jules s’approche des fenêtres et regarde un instant l’excitation dans le jardin. C’est trop, soudainement, et quand il se retourne il voit Marius qui l’invite à s’asseoir. Le brun s’approche, glisse une main dans ses cheveux et s’installe sans même songer un instant qu’il devient la réplique exacte d’un des inombrables patients de son cadet. « Pourquoi tu restes ici, Marius ? » pour une fois, c’est Jules, et non pas Rosier, qui s’adresse à Marius. C’est le frère qu’il a connu il y a presque vingt ans, celui qui adorait son cadet avec autant de force qu’il adorait sa jumelle. Avec autant de force qu’il adorait Margot et Auriane. Sa voix n’est pas arrogante, ni tranchante et encore moins froide. Son regard ambré vient même effleurer l’azur d’un questionnement qui le taraude. Pourquoi ?
Revenir en haut Aller en bas

Marius Rosier
never let your emotions overpower your intelligence

avatar
Messages : 43
Date d'inscription : 03/11/2016
Univers : TPOTA
Pseudo : Summer Child, Co

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: (mai 2016) tpota // we ain't never getting older (julius)   Ven 5 Mai - 18:44

Marius ressent toute la tension qui émane de Jules. A la façon qu'il a de regarder dehors, à la façon qu'il a de passer une main agitée dans ses cheveux bruns, son frère aîné est au bord de l'implosion. Il doit se calmer. Mais Marius n'incite aucun mouvement : il n'est là que pour l'écouter. On apprend dans sa profession à laisser le moins possible sa propre emprunte sur celle de son patient, à le laisser avancer à son rythme. Et c'est toute la différence entre Jules et lui : si Marius reste tapissé dans l'ombre à observer et écouter, Jules est celui au centre de la pièce, qui resplendit et qui cherche à ce que le monde aille dans son sens. Jules initie les choses, Marius les observe. Il dénote dans cette fratrie aux caractères ardents, mais il n'a pas moins de volonté qu'eux. Sauf qu'en bon joueur d'échecs, il ne montre jamais ses intentions. Ça doit déstabiliser Jules que son cadet reste ici, avec lui, alors qu'il l'a tellement malmené ces quinze dernières années. Le Rosier redevient le grand frère, comme si sa carapace forgée par Clément avait un instant disparu avec son artisan. Jules est perdu, Marius le sait et ne peut que le comprendre. Marius ne détache pas son regard qu'a accroché son aîné et lui répond, calme, barricadant ses propres émotions pour ne pas contaminer celles de Jules : « Tu as besoin de quelqu'un. Je ne pense pas que notre mères ou nos soeurs soient en état de remplir ce rôle. Et je vois mal quelqu'un d'extérieur à notre famille le faire. » Ses phrases sont courtes, efficaces, chirurgicales presque. Il n'est pas de ceux qui palabrent : Marius cherche l'efficacité jusque dans sa façon de parler. Cette famille, réduit à son état nucléaire, leurs parents et leur fratrie, est toute la richesse qu'il possède. Un embryon d'êtres dressés contre le reste du monde. Voilà ce qu'ils sont. La logique de Marius est implacable : si la tête des Rosiers défaille, c'est eux tous qui sombrent à sa suite. « Tu viens de perdre ton père et la fonction qui t'accable t'empêche de faire ton deuil. Je pensais qu'il te faudrait un peu de repos avant d'affronter nos ennemis et de leur faire payer leur geste. » Il n'en a pas l'air, Marius, le petit discret, beaucoup moins affirmé que son frères et ses soeurs, celui sur qui personne n'a jamais beaucoup misé à cause de son effacement, mais il tient à eux. Ils sont son monde, son rempart, il sait qu'ils n'existent et ne rayonnent uniquement parce qu'ils sont ensemble. Solides malgré leurs différences. Il ne le dit pas, Marius, mais voir son frère fragile l'effraie, et il a besoin de s'assurer lui-même, de voir par ses yeux que Jules ne rompra pas. Il a besoin de lui. Même si le dire, jamais il n'en sera capable.
Revenir en haut Aller en bas

Jules Rosier

avatar
Messages : 32
Date d'inscription : 05/11/2016
Univers : tpota

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: (mai 2016) tpota // we ain't never getting older (julius)   Ven 5 Mai - 18:57

Marius est d'un calme olympien, et ça n'étonne pas vraiment Jules. A chaque fois qu'il l'a humilié, qu'il l'a descendu plus bas que terre, Marius gardait ce même calme implacable qu'il affiche maintenant. Il est rodé, forgé par Jules comme Jules l'a été par Clément. L'ainé l'observe, son regard glisse sur lui. Sa posture, les traits de son visage. Est-ce que Jules est le seul à ressentir la déchirure causée par la mort de leur patriarche ? Il secoue la tête doucement comme pour appuyer les propos de Marius. Non, les femmes de leur famille ne sont pas plus en état que lui pour l'épauler. C'est Marius qui doit s'y coller, parce que Marius a l'habitude. Le voit-il comme l'un de ses patients ? Jules se demande, mais ne porte pas la question à haute voix. Peut importe. Jules se lève, écoute d'une oreille Marius et va ouvrir une petite porte qu'il sait dissimulée dans la bibliothèque. On ne reçoit pas sans un bon cognac français, chez les Rosier. Et Jules en a incroyablement besoin, même si le vin a déjà coulé à flot pendant son mariage. Il y a des choses que les français font mieux que personne, et ces alcools là en font partie. Il tire deux verres de l'armoire, sert un fond de Cognac dans chacun des verres et en tend un à Marius. « Ne me laisse pas boire seul. » Le ton est presque redevenu froid, mais pas totalement. Pas comme avant. Et pourtant on y presque, c'est presque comme l'un de ces tests que Jules faisait passer à Marius pour s'assurer qu'il avait les épaules de porter leur nom. Jules laisse l'alcool chauffer dans sa main, qui entoure le verre. Ca dégage l'arôme, ça le rend meilleur. Il observe le liquide qui, dit-on, a la même couleur que ses yeux et ceux de sa jumelle. Puis il boit une partie de son verre, et regarde Marius. La tension s'est dissipée, un peu. Le tremblement de ses mains est anéanti, mais ses pensées filent à vive allures et il ne sait pas par où commencer. « Tu as perdu ton père aussi, je te rappelle. » Pourquoi est-ce qu'il n'est pas affecté ?

_________________
Don't you remember how I used to like Being on the line? I dreamed you dreamed of me calling out my name, Is it worth the price? Cut cover, take that test, Hold courage to your chest. Don't wanna wait for you, Don't wanna have to lose All that I've compromised to feel another high. I've got to keep it down tonight. I had to break myself to carry on. No love and no admission... Take this from me tonight. And oh, I was a king under your control.
Revenir en haut Aller en bas

Marius Rosier
never let your emotions overpower your intelligence

avatar
Messages : 43
Date d'inscription : 03/11/2016
Univers : TPOTA
Pseudo : Summer Child, Co

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: (mai 2016) tpota // we ain't never getting older (julius)   Ven 5 Mai - 19:37

Comme si Jules était incapable de se poser, le voilà de nouveau debout, près des bibliothèque. Marius reconnaît le tintement des bouteilles et des verres, et tend la main alors que Jules lui présente le sien. L'arôme du cognac, fort, majestueux, lui emplit les narines avec délice. Ce n'est pas dans sa nature de boire beaucoup, mais comme tous ceux que le luxe forge, quand il boit, il boit quelque chose de qualité. Ce qu'il a dans la main en est la preuve. Il fait pleurer l'alcool et observe les larmes couler sur les bords gonfler du verre. Ils sont silencieux tous les deux, observant le même rituel, l'un de ceux que leur père leur a appris. Ils sont des hommes, et ils doivent apprécier la qualité d'un alcool des yeux et des papilles. Marius amène une légère gorgée jusqu'à ses lèvres, et le cognac livre son arôme jusque dans le fond de sa gorge, fin, aux arômes presque fruités derrière une force apparente. Il attend. Et Jules finit par reprendre la parole.
Marius ne répond pas de suite, et d'un coup d'oeil, il voit que le calme n'est qu'apparent. « Il était davantage le tien que le mien. » C'est une vérité qu'aucun d'eux ne peut nier. Et puis, il hausse les épaules, sentant son frère prêt à une discussion, qu'importe où elle mène, et les mots passent la barrière de ses lèvres. « Ce n'est pas parce que je n'exprime rien que je ne ressens rien. » La différence est là : c'est la force de Marius, c'est sa maîtrise que Jules lui a enseigné à chaque humiliation. Chaque coup l'a rendu plus fort et l'ironie de la situation n'échappe pas au cadet : c'est lui à présent qui doit être fort pour permettre à son frère de se relever. Il laisse une nouvelle gorgée du luxueux spiritueux emplir sa bouche comme il a toujours aimé le faire avant de l'avaler et de goûter la douce brûlure qu'elle laisse dans son œsophage. « Tu sais Jules, tu peux te laisser aller. Il n'y a que moi. Ce n'est pas la première fois que je garde tes secrets. »
Revenir en haut Aller en bas

Jules Rosier

avatar
Messages : 32
Date d'inscription : 05/11/2016
Univers : tpota

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: (mai 2016) tpota // we ain't never getting older (julius)   Ven 5 Mai - 21:35

Jules ne dit rien car il n’y a rien à dire. Oui, Clément était davantage son père à lui que celui de Marius ou celui des autres enfants. Mais ça n’empêche qu’il était le patriarche Rosier, et pour Jules, qui place les siens sous sa protection depuis qu’il en est capable, il serait tout à fait normal qu’ils soient tous touchés. A nouveau, le sorcier pose son regard sur le cadet. Il le sait impérméable aux émotions, il l’a fait ainsi. C’est sans doute sa seule réussite concernant son cadet. Il a réussi à l’endurcir, alors que lui, personne ne l’a vraiment endurci. Il n’a même pas réussi à forger une carapace autour de son coeur pour empêcher Alix d’y accéder. Jules fait glisser une autre petite gorgée de cognac dans sa gorge, et observe ce qu’il reste de liquide pendant que Marius reprend la parole. Le brun mentionne ses secrets, et Jules n’en connait qu’un que Marius n’a jamais prononcé. Sans doute parce qu’il n’a jamais osé, parce que Jules l’en a suffisamment dissuader. La colère, vive, l’envahit sans prévenir. C’est trop. On a assassiné son père, Alix est venue le narguer avant son mariage, il se souvient du goût amer de ses lèvres il y a encore quelques jours… Un bruit de verre brisé se faire entendre dans la petite pièce, et le reste de Cognac trempe le sol et une partie de la jambe de Jules, alors que des éclats de verre se faufilent dans sa main. C’est la douleur qui appaise immédiatement la colère, avant de la faire revenir comme le vent propage un incendie. Jules serre la machoire et lâche un juron étouffé avant d’attraper son mouchoir de poche pour commencer à retirer les éclats de verre. « Ne parle plus jamais de ça. Même avec moi. » le serpent est de retour, laissant siffler ses mots sur sa langue sans même accorder un regard au cadet.

_________________
Don't you remember how I used to like Being on the line? I dreamed you dreamed of me calling out my name, Is it worth the price? Cut cover, take that test, Hold courage to your chest. Don't wanna wait for you, Don't wanna have to lose All that I've compromised to feel another high. I've got to keep it down tonight. I had to break myself to carry on. No love and no admission... Take this from me tonight. And oh, I was a king under your control.
Revenir en haut Aller en bas

Marius Rosier
never let your emotions overpower your intelligence

avatar
Messages : 43
Date d'inscription : 03/11/2016
Univers : TPOTA
Pseudo : Summer Child, Co

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: (mai 2016) tpota // we ain't never getting older (julius)   Ven 5 Mai - 22:38

Marius a un sursaut quand, à côté de lui, Jules brise son verre, et les yeux bleus du cadet s'agrandissent sous le choc. Hébété, il regarde son frère, la main blessée, le pantalon taché d'alcool et surtout, cette expression sur le visage. Celle qu'il ne connait que trop bien, qui retourne son estomac et qui fait battre son coeur plus vite, à la manière d'un animal piégé. Il déteste ce pouvoir que Jules a sur lui. Il déteste se sentir à sa merci. Il se reprend, très vite, attrape sa baguette et retire le verre qu'il y a dans la paume de Jules. Le ballon à cognac se reforme sans qu'aucun des deux frères ne s'en soucie et, pour ne pas avoir à regarder son aîné, Marius se penche sur la blessure. Il chuchote une formule à mi-voix, la baguette pointée dessus, et la plaie cicatrise à vue d'oeil. Alors qu'il exécute ces gestes, automatiques, la machine de ses méninges s'est mise en marche et il comprend. Ce dont il a été témoin il y a des années est toujours là, dans le coeur de Jules. S'il avait encore une raison de douter, Marius n'en a plus à présent : c'est à cause de ça que Jules lui a fait la vie dure. Son frère lui a laissé entrapercevoir la souffrance dont il est victime, et c'est assez effrayant pour Marius. Non seulement il la voit mais il la comprend. Et comprendre ce frère qui l'a tellement bousculé, pour son bien, c'est comme comprendre le bourreau qui vous tient les poignets en vous faisant montant à l’échafaud. Il secoue la tête, sentant un pan de sa muraille s'effriter, et reporte son attention ailleurs, les éloignant du sujet. « Comme tu veux. » Il n'a pas envie de le comprendre, mais ne peut pas vraiment faire autrement. Il est comme ça. Barricade ses propres émotions pour ingérer celle des autres. Et, face à l'anormalité de ce qu'il a vu, sa propre amourette en paraît presque dérisoire. Il sent Jules lui échapper et a l'impression qu'il va se lever à tout instant pour quitter la pièce et doit redevenir le médecin froid et distant. Ne doit pas s'attarder sur lui-même. Il ressert un verre à Jules, même si ce dernier est déjà bien alcoolisé, l'incitant à rester. « Ne me laisse pas finir seul. » Reste encore. Tu n'es pas prêt à affronter le tumulte du dehors. Peut-être est-ce ce que les moldus appelaient l'effet de Stockholm, mais Marius ressent l'envie d'apaiser l'ouragan qu'il y a à l'intérieur de son frère. Et peut-être est-ce la seule façon qu'il a de lui montrer que, finalement, il tient à lui : boire en silence à ses côtés, à la façon de leur père, alors que tous s'agitent derrière cette porte.
Revenir en haut Aller en bas

Jules Rosier

avatar
Messages : 32
Date d'inscription : 05/11/2016
Univers : tpota

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: (mai 2016) tpota // we ain't never getting older (julius)   Ven 5 Mai - 22:56

Alors que Jules s’applique à retirer les morceaux de verre de sa main comme un vulgaire moldu, Marius agit avec sang froid. Il se lève et rejoint Jules, et sans le regarder, s’occupe de sa main. A l’aide de sa baguette magique, il ordonne aux morceaux de verre de sortir de la chaire du sorcier, et de reformer le verre. Après quoi, Marius le soigne à l’aide de la magie, également. Déjà, l’incident n’est plus qu’un mauvais souvenir, visible sur le mouchoir de poche de Jules. Celui-ci prend sa propre baguette et fait disparaitre l’alcool de son pantalon, et le sang de son mouchoir. Désormais, il n’y a plus aucune preuve de ce qu’il s’est passé. Alors qu’il remet sa baguette dans la poche intérieur de sa veste de costume, Marius lui tend un verre à nouveau rempli, et Jules soupire en l’acceptant. Il est tenté de le boire cul sec, mais son père haïera cette attitude. L’alcool se déguste, et ne doit pas se gâcher en le buvant trop vite. Cependant, il en siffle déjà la moitié sans pouvoir s’en empêcher. S’imbiber serait plus simple, mais il sait qu’il va devoir se calmer rapidement. Jules a un léger rire, alors qu’une pensée s’insinue dans son esprit. « Pour le moment, c’est toi mon héritier. » l’idée est désagréable, Jules s’était donné pour objectif d’avoir un fils rapidement, pour couper la route à Marius. Il n’est plus si certain que ce soit indispensable, désormais. Marius a la qualité principale pour diriger leur famille : il sait garder la tête froide.

_________________
Don't you remember how I used to like Being on the line? I dreamed you dreamed of me calling out my name, Is it worth the price? Cut cover, take that test, Hold courage to your chest. Don't wanna wait for you, Don't wanna have to lose All that I've compromised to feel another high. I've got to keep it down tonight. I had to break myself to carry on. No love and no admission... Take this from me tonight. And oh, I was a king under your control.
Revenir en haut Aller en bas

Marius Rosier
never let your emotions overpower your intelligence

avatar
Messages : 43
Date d'inscription : 03/11/2016
Univers : TPOTA
Pseudo : Summer Child, Co

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: (mai 2016) tpota // we ain't never getting older (julius)   Ven 5 Mai - 23:17

Jules descend beaucoup trop vite son verre, et Marius retient un soupir agacé. Automatisme. Il est comme leur père, aime beaucoup trop les bonnes choses pour les gâcher d'un seul coup. Lui se contente de faire tourner son verre, en silence, et les mots de Jules lui font perdre quelque peu contenance. Il n'a jamais pensé à cette foutue succession. D'ailleurs, il ne peut même pas imaginer le poids qu'il y a sur les épaules de Jules. « Ta femme va remédier à ça très vite, elle n'a pas l'air désagréable à avoir dans un lit. » Si leur père avait eu cette image solide de roc qui restera là, dans leur vie, jusqu'au plus loin qu'il pourrait tenir, et s'il avait pu être emporté de cette manière, alors Jules, ce frère solide, féroce et que Marius n'imaginait pas disparaître un seul instant, pouvait l'être aussi. Ses yeux se noient dans son cognac. Jamais il n'a pensé à ça, à vrai dire, son aîné lui a très tôt fait comprendre qu'il n'en était pas digne. Il est et restera à jamais le second. L'ombre derrière la flamme. « Nous trouverons le responsable, Jules. » Il prend une gorgée qui enflamme son palais, avant d'ajouter : « Tu lègueras le royaume de France en ordre à ton fils. Et je t'y aiderais. » Ces mots ont l'air d'une promesse, celle de l'aider à ce projet fou que leurs ancêtres leur ont léguer, de génération en génération. Ils seront ceux qui reviendront en terre française mettre à terre la république qui a voulu les assassiner.
Revenir en haut Aller en bas

Jules Rosier

avatar
Messages : 32
Date d'inscription : 05/11/2016
Univers : tpota

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: (mai 2016) tpota // we ain't never getting older (julius)   Ven 5 Mai - 23:40

Sa femme. Jules fit tourner le reste du contenu de son verre en hochant doucement la tête. Elle n’avait pas l’air désagréable à avoir dans son lit, c’était certain, mais elle n’était ni brune ni piquante. Ses pensées se dirigeant encore une fois trop vers Alix, il termina son verre avant de le poser sur la table à côté de lui. « Certes. Mais pour aujourd’hui, je crois que notre nuit de noces est gachée. » Depuis quand est-ce que les frères discutaient ainsi ? Ils ne l’avaient jamais fait. Jules se surprit à apprécier la conversation, et se demandait comment allait évoluer leur relation. Avec la mort de Clément, le secret que Marius pouvait dévoiler pesait moins lourd. Il n’allait pas le déstituer de sa place d’héritier, pas comme ça, plus maintenant. A nouveau, l’ambre vient rencontrer l’azur alors que Marius lui fait une promesse presque solenelle. Il l’observe, observe son visage une nouvelle fois. « Les coupables paieront. » Jules détache son regard de son frère et se lève à nouveau pour observer le jardin. Les domestiques rangent tout le matériel qu’ils ont utilisés pour le mariage, et tous les invités sont partit. « Il faudra interroger tous les domestiques présents. » Jules reprenait doucement contenance, parler du futur l’aidait beaucoup pour ça. « Je savais qu’inviter les Greengrass était une mauvaise idée. » souffla Jules, sans savoir que son frère était épris de l’une d’elle. Il ignorait tout de son frère, jusqu’à ce détail dont l’importance se ferait savoir plus tard. Il ignorait qu’il lui faisait peut être encore du mal maintenant. Le dos tourné à Marius, il observait la propriété qui était désormais la sienne. Ils trouveraient le coupable, et ensuite, ils retourner dans leur palais, leur véritable maison.

_________________
Don't you remember how I used to like Being on the line? I dreamed you dreamed of me calling out my name, Is it worth the price? Cut cover, take that test, Hold courage to your chest. Don't wanna wait for you, Don't wanna have to lose All that I've compromised to feel another high. I've got to keep it down tonight. I had to break myself to carry on. No love and no admission... Take this from me tonight. And oh, I was a king under your control.
Revenir en haut Aller en bas

Marius Rosier
never let your emotions overpower your intelligence

avatar
Messages : 43
Date d'inscription : 03/11/2016
Univers : TPOTA
Pseudo : Summer Child, Co

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: (mai 2016) tpota // we ain't never getting older (julius)   Sam 6 Mai - 23:02

Marius haussa les épaules, une moue circonspecte. «Sans vouloir entrer dans les détails, ça peut être une parfaite occasion de la célébrer, au contraire. Peut-être est-ce un meilleur moyen que l'alcool pour oublier un peu sa douleur. Penses-y. » Bizarre comme soudainement ils peuvent devenir deux simples frères parlant du mariage de l'un d'entre eux, comment en quelques échanges, ils peuvent se rapprocher. Marius assentit silencieusement quand Jules parle d'interroger les domestiques : ces gens en savent beaucoup plus que l'on peut le soupçonner, ils sont les yeux et les oreilles de chaque demeure où ils travaillent et leurs informations peuvent peser lourd. Les plus doués d'entre eux mangent déjà dans la paume de Jules, de cela le cadet n'est pas dupe. Il se félicite aussi de voir son frère retrouver sa droiture, prêt à défendre leur sécurité et leur honneur, à prendre les armes et partir en croisade contre leurs ennemis. Il a l'impression que son aîné a la carrure plus large qu'à l'accoutumée, ressemblant davantage à celle de Clément. Quand Jules évoque le nom des Greengrass, Marius serre les dents. C'était logique. Leur ennemi héréditaire, depuis des générations. La raison veut que les soupçons se tournent vers eux et pourtant, pour Marius, ils faut les en éloigner. Parce que si les Greengrass reçoivent les retours vengeurs de sa famille, la jolie rousse aux regard clair et à l'esprit aussi affuté que le sien risque d'en subir les conséquences... Aussi parce que Marius a peur, et il déteste ça. Peur que cette même jolie rousse soit impliquée dans un complot qui a attaqué les siens, qui l'a attaqué lui, en plein coeur. Il reprend ses distances, prudemment, refusant de montrer ce qu'il y a vraiment en lui. Réfléchissant, il met du temps à formuler une réponse. « Je ne sais pas. Nous les soupçonnons beaucoup trop, et nous les avons bien surveillés. Je peux me tromper, mais il faudrait garder cette piste pour plus tard. » Il irait trouver les preuves lui-même. Si la famille d'Aglaé trempe dans cet attentat, Marius préférait régler lui-même ses comptes.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: (mai 2016) tpota // we ain't never getting older (julius)   

Revenir en haut Aller en bas
 

(mai 2016) tpota // we ain't never getting older (julius)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Gaétane Laniel 1928-2016
» VEKTOR - Terminal Redux - (6 mai 2016)
» [20-02-2016] PARIS (75) - Trianon
» Tournée 2015/2016 de johnny "RESTER VIVANT " Dates de tournée et Part 1 les festivals
» Tournée 2015/2016 - Premières dates - Info ou intox

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
prouti prouta le rp vient à toua :: TPOTA-